Testostérone
Santé

Qu’est-ce que la testostérone ?


La testostérone est la principale hormone masculine responsable des caractéristiques typiquement masculines telles que la pilosité faciale, la morphologie et la voix grave. Elle joue également un rôle important dans la fertilité masculine car, avec un certain nombre d’autres hormones, elle régule des aspects clés de la production de sperme. La testostérone est sécrétée par les testicules et a un effet sur de nombreux tissus de l’organisme.

Quels sont les symptômes d’une carence en testostérone ?

La condition la plus courante en ce qui concerne la testostérone est ce que l’on appelle l’hypogonadisme, c’est-à-dire une diminution du taux de testostérone dans le sang ou une production insuffisante de sperme. Le déficit en testostérone entraîne un retard de la puberté lorsqu’il survient à un âge précoce.

Après la puberté, le déficit en testostérone entraîne l’impuissance et une baisse de la libido, l’infertilité et des symptômes généraux de fatigue, de prise de poids et de dépression. Les symptômes varient en fonction du moment où survient le déficit en testostérone (avant ou après la puberté) et du taux de testostérone dans le sang (carence ou insuffisance).

Quelles sont les causes de la carence en testostérone ?

Les causes de l’hypogonadisme chez l’homme diffèrent selon le niveau d’atteinte, c’est-à-dire selon qu’il y a une sous-activité des testicules (hypogonadisme primaire) ou de l’hypophyse (qui régule les testicules – hypogonadisme secondaire). Les symptômes de l’hypogonadisme sont les mêmes chez les adultes, quel que soit le niveau de l’atteinte.

La cause la plus fréquente d’hypogonadisme primaire (c’est-à-dire d’atteinte des testicules) est le syndrome dit de Klinefelter. Le syndrome de Klinefelter est une maladie génétique qui entraîne, entre autres, de petits testicules, une production réduite de testostérone et l’infertilité. Parmi les autres causes, citons l’orchite, la cryptorchidie, les blessures testiculaires et les traitements médicaux tels que la radiothérapie de la zone testiculaire ou certaines formes de chimiothérapie.

Les causes de l’hypogonadisme secondaire comprennent le syndrome de Kallmann, l’insuffisance hypophysaire, le prolactinome, certains médicaments, et parfois les causes restent inconnues.

Testostérone

Comment diagnostiquer un déficit en testostérone ?

Le diagnostic est établi en principe par l’évaluation clinique des symptômes du patient par un endocrinologue et comprend l’évaluation du volume testiculaire à l’aide d’un volumètre testiculaire ou sa mesure par échographie. Elle est suivie d’analyses sanguines de la testostérone ainsi que d’autres facteurs qui aideront au diagnostic, comme les gonadotrophines LH et FSH. Ils doivent être effectués le matin et pendant le jeûne. Elle comprend également la vérification de la spermatogenèse par un spermogramme. Enfin, en fonction du niveau d’atteinte, une imagerie et/ou un test génétique (caryotype) peuvent être demandés.

Quel est le traitement de la déficience en testostérone ?

La testostérone peut être reconstituée sous différentes formes, à savoir par voie orale, transdermique ou intramusculaire par injection. Ces dernières années, on préfère administrer la testostérone par voie cutanée via un gel ou par voie intramusculaire par des injections mensuelles ou trimestrielles. Il est très important de souligner que le remplacement de la testostérone ne doit être administré qu’à des personnes présentant un hypogonadisme confirmé et sous la surveillance médicale étroite d’un endocrinologue expérimenté dans ce traitement. La raison en est que le remplacement de la testostérone chez les personnes sans hypogonadisme, ainsi que le remplacement non contrôlé de la testostérone au-delà des limites normales, est associé à de graves complications telles que des événements cardiovasculaires, une hyperplasie de la prostate, un risque de cancer de la prostate et une polyglobulie. Les personnes atteintes d’hypogonadisme qui reçoivent un traitement à la testostérone doivent se soumettre à des tests de dépistage réguliers afin d’éviter les effets secondaires du traitement.

Le remplacement de la testostérone entraîne une réduction des symptômes de l’hypogonadisme et une récupération de la qualité de vie des patients dans la plupart des cas. En revanche, la testostérone ne peut pas être utilisée pour rétablir la fertilité. Là, selon le cas, un traitement par gonadotrophines est nécessaire jusqu’à ce que la production de spermatozoïdes soit suffisante. Dans d’autres cas, il est possible d’extraire des spermatozoïdes par biopsie testiculaire – une procédure qui est réalisée dans le cadre de l’insémination artificielle et uniquement dans des centres spécialisés. Enfin, certaines formes d’hypogonadisme sont associées à l’infertilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *