traitement hypethyroïdie
Santé

Comment traite-t-on l’hyperthyroïdie ?

La gestion appropriée de l’hyperthyroïdie nécessite une évaluation minutieuse et des soins continus par un médecin expérimenté dans le traitement de cette affection complexe. Avant le développement des traitements actuels, le taux de mortalité de l’hyperthyroïdie sévère était très élevé (jusqu’à 50 %). Aujourd’hui, plusieurs traitements efficaces sont disponibles et, avec une prise en charge adéquate, la mort par hyperthyroïdie est extrêmement rare. Le choix du meilleur traitement dépend de la cause de l’hyperthyroïdie, de sa gravité et d’autres conditions.

1-Médicaments antithyroïdiens :


Plusieurs médicaments sont disponibles pour le traitement de l’hyperthyroïdie. Ces médicaments contrôlent l’hyperthyroïdie en inhibant la production et la libération des hormones thyroïdiennes. Il faut parfois plusieurs mois pour que le taux d’hormones thyroïdiennes se normalise. Certains patients souffrant d’hyperthyroïdie due à la maladie de Basedow connaissent une rémission spontanée ou naturelle de l’hyperthyroïdie après un traitement de 12 à 18 mois avec ces médicaments, après quoi les médicaments antithyroïdiens peuvent être arrêtés. C’est la raison pour laquelle, dans le traitement de la maladie de Basedow, le traitement par des médicaments antithyroïdiens est avantageux par rapport aux autres méthodes de traitement de l’hyperthyroïdie (iode radioactif, traitement chirurgical) qui entraînent souvent une sous-activité permanente de la thyroïde (hypothyroïdie). Malheureusement, chez certaines personnes atteintes de la maladie de Basedow, la rémission n’est que temporaire et une rechute de l’hyperthyroïdie peut survenir après plusieurs mois, voire plusieurs années, d’arrêt du médicament ; une surveillance régulière de la fonction thyroïdienne est donc nécessaire.
Les médicaments antithyroïdiens peuvent provoquer une réaction allergique chez environ 5 % des patients qui les utilisent. Cela se produit généralement au cours des six premières semaines de traitement. Une telle réaction se traduit souvent par des lésions cutanées (éruption ou urticaire), mais après l’arrêt du médicament, les symptômes disparaissent en une à deux semaines et il n’y a pas de dommages permanents.
Un effet secondaire plus grave mais plus rare (ne se produisant que chez environ un patient sur 250 à 500) au cours des quatre à huit premières semaines de traitement est une diminution rapide des globules blancs dans le sang. Cela pourrait augmenter la susceptibilité à une infection grave. Les symptômes tels qu’un mal de gorge, une infection ou de la fièvre doivent être signalés immédiatement à votre médecin et une numération des globules blancs doit être vérifiée immédiatement. Dans presque tous les cas, lorsqu’une personne arrête de prendre le médicament, le nombre de globules blancs revient à la normale au bout de 2 semaines. Très rarement, les médicaments antithyroïdiens peuvent provoquer un grave problème hépatique (en particulier le propylthiouracile), qui peut être facilement détecté en surveillant les analyses de sang en laboratoire ou d’autres problèmes caractérisés par des douleurs et/ou des gonflements articulaires. Vous devez contacter votre médecin en cas de jaunissement de la peau (jaunisse), de fièvre, de perte d’appétit ou de douleurs abdominales.

traitement hypethyroïdie

2-Traitement à l’iode radioactif :

L’iode est un composant important de la production des hormones thyroïdiennes. Chaque molécule d’hormone thyroïdienne contient quatre (T4) ou trois (T3) molécules d’iode. Comme la plupart des glandes thyroïdiennes hyperactives sont très « gourmandes » en iode, l’administration d’iode radioactif peut endommager la thyroïde. L’iode radioactif est administré par voie orale, généralement sous forme de capsule, et est rapidement absorbé par l’intestin. Il pénètre ensuite dans les cellules thyroïdiennes à partir de la circulation sanguine et les détruit progressivement. L’effet maximal se produit généralement dans les trois à six mois.
Il n’est pas possible de détruire « juste la bonne quantité » de la glande thyroïde malade pour provoquer l’euthyroïdie, car l’iode radioactif endommage toutes les cellules thyroïdiennes. C’est pourquoi la plupart des endocrinologues essaient de détruire la totalité de la thyroïde avec une seule dose d’iode radioactif. Cela entraîne le développement d’une hypothyroïdie, qui est facilement corrigée par l’utilisation quotidienne à vie d’un traitement hormonal substitutif oral à base de comprimés de thyroxine. Bien que l’on s’efforce de calculer la dose correcte d’iode radioactif pour chaque patient, il arrive que l’hyperthyroïdie ne soit pas corrigée, en particulier si le patient présente un goitre important et qu’une deuxième dose d’iode radioactif soit alors nécessaire.

3- Ablation chirurgicale de la thyroïde :

Bien qu’elle ne soit plus que rarement utilisée comme traitement de choix de l’hyperthyroïdie de Basedow, l’ablation de la majeure partie de la glande thyroïde peut parfois être recommandée dans certains cas, par exemple chez une femme enceinte souffrant d’une maladie grave non traitée, chez qui l’iode radioactif n’est pas recommandé car il n’est pas sans danger pour le bébé. Cependant, en cas de gros adénomes ou de gros goitres toxiques, il peut s’agir de la meilleure option thérapeutique. La chirurgie entraîne généralement une hypothyroïdie permanente et un traitement de substitution à vie par des comprimés de thyroxine est nécessaire.

4- Autres traitements :

Un médicament de la classe des bêtabloquants (qui réduisent les effets sur le cœur d’un excès d’hormones thyroïdiennes) peut être utilisé temporairement pour contrôler les symptômes. Dans les cas où l’hyperthyroïdie est causée par une thyroïdite ou une ingestion excessive d’iode ou d’hormones thyroïdiennes, la prise de bêta-bloquants peut être le seul type de traitement nécessaire.
Des gouttes d’iode peuvent être administrées en cas d’hyperthyroïdie grave ou avant une intervention chirurgicale pour traiter la maladie de Basedow.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *